Carnet de route

La dernière et la plus belle : Le Mont Blanc à ski (24, 25, 26 mai 2015)

Le 24/05/2015 par LEBOURG Philippe

Toutes les photos ici !

Premier jour : Emmenés par Bernard, se retrouvent au départ du téléphérique de l’Aiguille du midi à Chamonix ce 24 mai au matin, Stéphanie et Claude du Caf Chamonix et Philippe. La météo semble correcte. Au Plan de l’Aiguille (2310 m), après s’être équipés, nous partons vers le refuge des Grands Mulets (3051 m). Le manque de neige nous fait alterner progression à pied puis à ski. Nous nous encordons en s’approchant de la jonction au glacier des Bossons. La traversée est délicate mais se passe bien. Puis par une dernière pente bien raide, en souffrant de la chaleur, nous arrivons enfin au pied du refuge. Pour l’atteindre, il faut encore gravir l’éperon rocheux et l’espèce de via ferrata au sommet de laquelle prône le bâtiment. Le refuge est bondé, la nuit courte puisque le réveil est à 1 h 30.

Deuxième jour : Descente à la frontale de l’éperon rocheux, récupération des skis, et départ dans le brouillard pour 14 heures de marche puisque c’est le temps qu’il nous faudra pour revenir. Après un long moment, nous nous apercevons que nous avons pris l’itinéraire classique des petit et grand plateaux et non pas l’arête nord du dôme du Goûter. Nous continuons néanmoins notre cheminement classique en 2 cordées, Bernard et Stéphanie, Claude et Philippe. Au dessus de 3800 m, le temps devient tout clair. Une mer de nuages incroyable s’étend à l’infini. Il ne fait pas trop froid. Les rafales de vent ne sont pas violentes.

Tout doucement, nous atteignons le refuge Vallot (4362 m). Bernard décide de continuer en crampons et nous laissons donc les skis. Nous ne sommes pas en avance. La montée par l’arête des Bosses, en très bonne condition, est éprouvante mais enfin vers midi nous foulons le toit de l’Europe  (4810 m) ! Embrassades, photos et vite demi-tour. Nous descendons prudemment et à 14 h 00, nous sommes de nouveau à Vallot. Nous récupérons les skis. La descente qui s’ensuit est épique tant à cause de la fatigue qu’à cause du brouillard qui rend le cheminement problématique. Nous ne retrouvons les Grands Mulets qu’à 16 h 00. Vu la longueur du retour encore à parcourir, il n’est pas raisonnable de vouloir continuer. Nous décidons de passer une nuit supplémentaire au refuge qui est presque vide. La nuit est particulièrement réparatrice.

Troisième jour : Nous décollons vers 8 h 00. Il a neigé 15 à 20 cm. La première descente est agréable. Nous sommes joyeux mais déchantons bien vite car nous ne retrouvons pas le passage pour la traversée de la jonction. Quand nous nous repérons enfin, c’est pour s’apercevoir que la clé du passage s’est effondrée. Il faut impérativement trouver dans l’enchevêtrement des séracs un autre itinéraire. Bernard avec beaucoup de prudence, bien assuré par Claude, s’y emploie mais sans succès. Il décide alors de traverser ce glacier plus bas comme il est préconisé. Cette option non tracée va nous prendre beaucoup de temps en tâtonnements, sondage des crevasses et autres manœuvres pour assurer la progression du groupe. En alternance, nous sommes dans le brouillard ou sous un soleil de plomb. Nous n’avons pas grand-chose à boire ni à manger. Bernard nous sort enfin de ce mauvais pas et nous pouvons alors filer jusqu’au Plan de l’Aiguille atteint vers 16 h 30 ! Nous prenons alors une des dernières bennes pour descendre à Chamonix, fin de cette aventure extraordinaire.

Merci à Bernard pour son incroyable expérience et sa sûreté, à Claude pour son rayonnement et son aide précieuse ; félicitations à Stéphanie pour sa ténacité et son sourire.

Toutes les photos ici !







CLUB ALPIN FRANCAIS MODANE THABOR
90 RUE DE POLSET
73500  MODANE
Activités du club
Agenda