Carnet de route

Col de Bramanette

Sortie :  Rando à Bramanette (CAF) du 15/01/2012

Le 15/01/2012 par Marcel

Nous étions seulement quatre : deux encadrants pour seulement deux membres. Mais où sont donc tous nos joyeux compères ?

 

Donc 2 encadrants, Christian & Yvan & puis 2 autres, Jacques & Marcel. Bref 3 locaux & moi & moi.

 

Nous partîmes de Bramans par un froid mordant bien les doigts, jusqu'à ce le dénivelé positif fasse son œuvre & qu’en montant dans la forêt nous nous réchauffassions.

 

Montée tranquille sous la conduite de Christian qui semble maitriser parfaitement les chemins & les raccourcies enneigés.

 

Voila la porte du refuge. Zut alors. Voila que l’on s’arrête. J’avais pourtant cru comprendre que la petite annonce spécifiait « Refuge de Bramanette & plus si aff ».

 

N’y aurait il donc pas affinité, m’angoissais je ! Pourtant le train me semblait bon & le décor agréable & le silence pas pesant. Qu’est ce qui clochait donc.

 

Ben pas grand-chose en fait. Juste le besoin de se désaltérer &/ou de vidanger & à mon grand soulagement nous voila reparti.

 

J’ai pas trop compris jusqu’où on devait aller, mais bon, du moment qu’on avance ça me va. Surtout que sortie de la forêt, nous voila sur une mer (désert si vous préféré)  dont les vaguelettes blanches sont figées. A notre droite les arrêtes de Bramanettes d’où coule une imposante cascade de glace (pas haute, imposante, c’est pas pareil amis cascadeurs) & à notre gauche les arrêtes de la Pointes du Clot. Christian détecte 2 chamois, les 2 autres jeunes les verront, pas le vieux, snif. La mer blanche, quasiment plate au départ se redresse, se redresse, se redresse & c’est quasiment en exponentielle que nous rejoindront le ciel, mais non je blague (Quoique). C’est juste le Col de Bramanette que nous rejoignons.

 

C’est l’occasion de se remémorer l’adage du jour :  « Si tu n’as pas du sang de chamois dans les veines, met donc tes couteaux avant que d’être dans la peine. »

 

Pour aujourd’hui, tolérance, mais le prochain (PROCHAINE) qui oublie pourrait bien se voir punies & d’y copier 50 fois à faire signer par les parents, ne serait pas forcément très sévère.

 

Bref, après avoir admiré le paysage y faut dépeauter & y faut y aller !!!! Tandis que les 3 locaux se lance sans souci, je me concentre à 110% sur le dérapage, & ça va pas mal ! Juste le temps de passer les 1ér mètres, & je peux suivre Yvan, qui m’a attendu, & s’évertue à me tracer un itinéraire slalomant sur la meilleure neige, & ou je peux enchainer de bien beau virage. Si si, c’est bien vrai. Un peu plus bas, Christian nous guide vers le torrent ou le relief & le vent ont sculpté un décor de parc à thème. Christian guide, Jacques virevolte comme un papillon, Marcel serre les fesses car il s’agit de pas perdre les commandes de se sacré manège. Yvan suit, espérant peut être ramasser quelques pièces, au cas ou j’irai embrasser ce magnifique décor un peu trop goulument. Comme chaque fois, dans ces attractions, j’angoisse quand j’y suis & je frustre quand ça s’arrête. Car ça s’arrête & même qui faut pousser & ça bout sous le casque. Heureusement pas trop longtemps. Tient revoilà la forêt. A la montée, j’avais pas remarqué que les arbres était plantés de façon totalement anarchique (Qu’est ce que t’avais encor bu, JeanDo ?). Christian décide de prendre mon éducation en mains. Saperlipopette. J’avais ren demandé. Le voila qui slalome dans la poudreuse, droit dans la pente & qui m’abreuve de ces conseils. Appui sur l’autre jambe, fini ton virage, maitrise ta vitesse, bras devant, ne fuit pas la pente (Vu l’impossibilité de fuir, ça me ferai bien rire si ce n’était pas moi l’élève). Mais comme je ne tient pas à abimer mes habits du Dimanche, me voila bien obligé de virer sec & même très sec, voire très très SEC pour éviter ces fichus arbres. En plus des conseils, voila ty pas qu’il me lance aussi des compliments, comme si j’était une gonzesse, non mais ! (Bon répétez y pas, mais ça fait quand même bien plaisir, shut). Je fais bien quelques virages en conversions, mais c’est pas de la triche, c’est juste pour bien réviser.( Les conversions, comme le dérapage, ne sont ils pas une assurance que tout randonneur se doit de conserver avec lui). Bref, après 1500M de super neige, y faut bien un peu de neigeasse & de route pour rejoindre la voiture. Heureux & fier comme Artaban.

 

Merci à vous 3 pour cette superbe journée & vive la montagne.

 

PS : Pas de photographe aujourd’hui, dommage, un encadrant les 4 fers en l’air, ça doit pas être courant & ça aurait pu faire le BUZZ. Je dirai pas qui c’était (sauf contre une bière).







CLUB ALPIN FRANCAIS MODANE THABOR
90 RUE DE POLSET
73500  MODANE
Activités du club